Sous le dôme épais où le blanc jasmin à la rose s’assemble… Le duo des fleurs de Léo Delibes.

Les lianes en fleurs, le jasmin, la rose et les oiseaux tapageurs : le duetto du premier acte de l’opéra Lakmé installe un décor enchanteur. Delibes imagine le cadre rêvé pour une idylle amoureuse et le transcrit en musique. Le résultat est époustouflant de beauté et de pureté. J’ai eu envie de partager cet instant musical et de vous faire voyager dans l’imagerie de Lakmé. On trouve en effet sur Gallica des estampes et des photographies de l’époque traduisant à merveille cette nature débordante qui constitue le décor de l’opéra à succès de Léo Delibes.

Affiche de Lakmé, lithographie Antonin-Marie Chatinière, 1883, détail. Conservée à la bibliothèque-musée de l'opéra (BnF). Photo personnelle.
Affiche de Lakmé, lithographie Antonin-Marie Chatinière, 1883, détail. Conservée à la bibliothèque-musée de l’opéra (BnF). Photographie personnelle.

Lire la suite

Mort à la vermine, avec l’insecticide Vicat ! Épisode 2.

Pendant toute la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe, un produit s’impose lorsqu’il est question s’armer contre les petits parasites, l’insecticide Vicat (voir épisode 1). Le succès de Monsieur Vicat tient sans doute autant à la publicité orchestrée par l’industriel qu’à la qualité de son produit. Ses efforts de communication fonctionnent si bien que la marque finit par s’imposer comme une référence et se retrouve maintes fois citée dans les romans et les journaux satiriques de l’époque, le sujet prêtant naturellement à la plaisanterie.

Publicité pour l'insecticide Vicat. Affiche Jules Chéret, 1880. Détail. Source : Gallica/BnF.
Publicité pour l’insecticide Vicat. Affiche Jules Chéret, 1880. Détail. Source : Gallica/BnF.

Lire la suite

Mort à la vermine, avec l’insecticide Vicat ! Épisode 1.

Au XIXe siècle, punaises, poux, puces et autres infâmes parasites envahissent le quotidien des honnêtes gens. Heureusement pour eux, Joseph-Henri Vicat, industriel à succès, distribue à partir de 1855 sa fameuse poudre insecticide, qui lui vaudra son surnom d’ « Attila des punaises ». D’Expositions universelles, en traités de médecine pratique, en passant par les innombrables parodies des journaux satiriques, de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’au début du XXe, l’insecticide Vicat imprègne son temps.

Lire la suite

Danse, boisson et castagne : les fêtes paysannes dans l’âge d’or de l’art néerlandais

Boerenvechtpartij = Bagarre de paysans, Cornelis van Caukercken, vers 1640-1680. Détail. Source : Rijksmuseum.
Paysans se bagarrant, Cornelis van Caukercken d’après Jan Miense Molenaer, vers 1640-1680. Gravure, 36×46 cm. Détail. Source : Rijksmuseum.

Les scènes de genre dominent l’art de l’âge d’or néerlandais. Représentant la vie de tous les jours, elles illustrent constamment les mêmes sujets, faisant la part belle au quotidien de la classe moyenne citadine, dans cette période de puissance commerciale des Provinces Unies. Les classes populaires, et en particulier les paysans, sont pourtant aussi largement représentées dans la peinture, la gravure et tous les arts visuels et décoratifs, pas forcément sous leur plus beau jour, il est vrai…Bienvenue dans l’univers joyeux, cocasse, et parfois sordide, des fêtes paysannes !

Lire la suite